Absinthes.com met en avant la distillerie Emile Pernot

Chaque mois, nous vous présenterons une distillerie, qu’elle soit célèbre ou peu connue du public, en partageant avec vous quelques détails sur son histoire et ses produits, ainsi qu’une interview exclusive de son maître-distillateur ou de son propriétaire afin d’en apprendre plus sur sa vision de l’absinthe.

En même temps que cette présentation, nous vous offrirons aussi une offre spéciale et un cadeau gratuit, rien que pour vous ami de la Fée Verte (vous pouvez descendre jusqu’au dernier paragraphe si vous voulez voir l’offre et le cadeau tout de suite).

Aujourd’hui, nous sommes enchantés de démarrer cette nouvelle série avec une distillerie vieille de 120 ans : Les Fils d’Emile Pernot.

EP1 300x196 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery
Lorsque le présent est rattrapé par le passé…

1889 : le jeune Emile-Ferdinand Pernot, originaire de la région de Fougerolles où il était distillateur, s’associe aux frères Parrot pour fonder la maison « Emile Pernot et Cie » au 1 rue du Mont à Pontarlier..

Le fils d’Emile-Ferdinand Pernot, Emile-Joseph (ne vous inquiétez pas, aucun de leur fils ne s’est appelé Emile-Emile malgré leur amour pour ce prénom), rescapé de Verdun, déposera plus tard la célèbre marque « Emile Pernot ».

1908 : Emile-Joseph, alors âgé de 30 ans, entre comme contremaître à la distillerie Cousin Jeune au lieu-dit Le Frambourg à La Cluse et Mijoux, dont il prend la direction technique.

EP2 300x196 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery
Avant…
2009 : la distillerie s’agrandit en déménageant à La Cluse et Mijoux au lieu-dit le Frambourg, dans le magnifique bâtiment de l’ancienne distillerie Cousin Jeune, juste au pied du Château de Joux, à l’endroit même où le jeune Emile-Joseph Pernot avait fait son ascension un siècle plus tôt. Et vous savez quoi ? Tout ceci n’était qu’une pure coïncidence – la distillerie Cousin Jeune ayant été transformée en bureau de poste et en caserne de pompiers depuis !

EP3 300x186 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery
Après…
La distillation d’absinthe chez Emile Pernot

Les magnifiques alambics en cuivre vieux de plus d’un siècle utilisés pour la distillation d’absinthe proviennent de la très célèbre fabrique Egrot. Ils ont été spécialement étudiés et construits pour la distillation d’absinthe. Ce sont les seuls alambics de ce type encore en fonction dans le monde, permettant ainsi à la Distillerie Emile Pernot de produire des absinthes d’une qualité exceptionnelle selon des méthodes restées inchangées depuis plus de 100 ans.

Ep4 300x209 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery

EP5 300x212 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery
Catalogue Egrot à gauche, alambics d’Emile Pernot à droite.
Vous pouvez en apprendre et en voir davantage sur les étapes de distillation chez Emile Pernot en visitant notre Blog.

Les absinthes et les liqueurs Emile Pernot

Le best-seller de chez Pernot est sans conteste l’absinthe Roquette 1797, laquelle a été hors-stock pendant un bon moment du fait que son créateur, David-Nathan Maister, voulait venir lui-même à la distillerie afin de superviser la toute dernière cuite mais aussi pour la laisser vieillir plusieurs mois.
2010 a vu naître les désormais célèbres et acclamées Berthe de Joux et La Maison Fontaine, alors que 2011 et 2012 ont vu le succès exponentiel de l’Absinthe Authentique.

EP6 300x194 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery
Mais Emile Pernot n’est pas uniquement une distillerie d’absinthe, ça serait trop réducteur, en particulier si vous avez déjà goûté leur Liqueur de Sapin, un produit complexe et unique au monde qui se fait adorer dès la première gorgée !

Et nous pourrions aussi vous parler de leurs délicieuses liqueurs de fruits, de leur apéritif anisé Vieux Pontarlier – bien meilleur qu’un pastis fait à base d’essences, de leur génépi, et de bien d’autres choses encore mais il nous faudrait bien plus qu’un simple email…

Interview de Dominique Rousselet

Dominique Rousselet, né à La Cluse et Mijoux, est le gérant ainsi que le maître-distillateur d’Emile Pernot.

dominique 199x300 Absinthes.com introduces the Emile Pernot distillery

Absinthes.com : Quelle a été votre toute première rencontre avec l’absinthe ?

Dominique : Etant natif de la Cluse et Mijoux, j’ai grandi au cœur du Pays de l’Absinthe. Mais ce n’est réellement que depuis 2004, lorsque j’ai repris la distillerie avec plusieurs associés, que j’ai découvert l’absinthe. Grâce à la transmission du savoir-faire de Gérard Pernot, dernier distillateur de la famille Pernot, j’ai acquis toutes les connaissances de ce spiritueux d’exception.

Absinthes.com : Quelle est selon vous la définition d’une bonne absinthe et quels sont les 3 critères primordiaux pour une distillerie comme la vôtre pour produire une absinthe de qualité ?

Dominique : A mon sens une bonne absinthe doit avoir les 3 qualités suivantes :

  • Un beau trouble.
  • Pas trop d’amertume, selon les critères de la distillerie Pernot, pour sentir la présence des autres plantes.
  • La couleur, un beau vert émeraude naturel obtenu par infusion de plantes, comme pour l’absinthe Vieux Pontarlier.
  • Travailler avec des matières premières de qualité supérieure.
  • Coller au plus près des procédés de fabrication traditionnels, comme il était d’usage à la grande époque de l’absinthe.
  • Apporter un soin tout particulier à la fabrication et à l’image donnée au produit.

Absinthes.com : Pensez-vous qu’il faille fermer le marché français, ou même européen, aux seules absinthes distillées avec des plantes naturelles, ou qu’au contraire les absinthes macérées ou à base d’essences de plantes ont elles aussi le droit d’exister et de s’appeler « Absinthe » ?

Dominique : Non, il n’est pas nécessaire de fermer le marché français. Les produits de mauvaise qualité disparaitront d’eux-mêmes au profit des absinthes de qualité supérieure telles que les absinthes de Pontarlier.

Absinthes.com : Comment voyez-vous l’avenir et la popularisation de l’absinthe en France dans les prochaines années ou décennies ? Redeviendra-t-elle un jour l’apéritif préféré des français comme c’était le cas au siècle dernier ?

Dominique : Il y a un avenir certain pour l’absinthe en France, néanmoins les modes de consommation évoluent, et l’absinthe mérite d’être connue différemment du rituel de consommation du 19ème siècle. Son utilisation dans les cocktails et dans la gastronomie permettront de la populariser, et pourquoi pas de lui redonner ses lettres de noblesse.

Absinthes.com : N’avez-vous pas peur d’une nouvelle interdiction si les consommateurs français, et notamment les jeunes, prennent l’habitude de consommer l’absinthe comme de la vodka ou du whisky ? Internet fourmille de vidéos montrant des jeunes consommant de l’absinthe en shots ou flambée alors qu’il s’agit d’un alcool à parfois plus de 70°.

Dominique : Il est vrai que les vidéos de personnes fortement alcoolisées perpétuent l’image négative de l’absinthe tout comme avant son interdiction. Le danger réside dans le côté mystique et aliénant que certaines politiques de marketing tentent de transmettre aux consommateurs (taux de thuyone extrêmement élevé, effet psychotrope, utilisation décalée de l’image de la Fée Verte).
Il faut plutôt veiller à recentrer l’image de l’absinthe sur ses valeurs traditionnelles et ses bienfaits et toujours à consommer avec modération.

Absinthes.com : Dernière question, plus personnelle : avez-vous déjà rencontré la fameuse Fée Verte ? Ou plus généralement : avez-vous déjà constaté des effets secondaires, qu’ils soient maléfiques ou bénéfiques, après une consommation d’absinthe ? Certains parlent de vision accrue, de clairvoyance ou encore d’amélioration de l’intellect qui aurait quelque peu aidé les artistes et écrivains du 19ème. Mythe ou réalité ?

Dominique : Comme je l’ai dit, je ne pense pas que l’abus d’absinthe puisse être la clé d’une rencontre avec la fameuse Fée Verte. Je persiste à penser que seule une consommation modérée permet d’apprécier au mieux ce spiritueux de qualité. Qu’elle ait stimulé certains artistes à créer des œuvres originales tient plutôt de l’ivresse que des effets de l’absinthe elle-même.

 

Si cette article vu a plu, nous vous recommandons de vous inscrire à notre newsletter, afin d’être tenu informé en premier de notre présentation de la deuxième distillerie, à la fin du mois d’août.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *