Découvrez la distillerie Gaudentia Persoz

Bonjour,

Comme vous le savez sûrement déjà, nous mettons chaque mois une nouvelle distillerie à l’honneur, afin de vous permettre d’en découvrir un peu plus sur son histoire et les produits qu’elle propose.
Aujourd’hui, nous continuons cette série avec une distillerie qui vient de Couvet, situé dans le Val-de-Travers, le berceau de l’absinthe en Suisse : la distillerie Gaudentia Persoz.


                         Gaudentia (à gauche) au festival de l’Absinthe en 2011

L’actuelle propriétaire de la distillerie, Gaudentia, est une des rares femmes de ce milieu partageant cette passion pour l’absinthe.

L’histoire de la distillerie Gaudentia Persoz

 

Gaudentia est sûrement l’opposée de l’idée que l’on pourrait se faire d’un distillateur suisse clandestin.  En effet, premièrement c’est une femme et deuxièmement elle est très jeune. Elle en sait cependant tout autant sur l’absinthe et sa distillation qu’un distillateur clandestin chevronné du Val-de-Travers. Gaudentia nous raconte que, pour elle, cette tradition de distiller de l’absinthe remonte jusqu’aux années 1850, si l’on regarde du côté de la famille de Jean Michel, son mari. Jusqu’en 1969, sa grand-mère distillait encore de l’absinthe clandestinement chez elle, jusqu’au jour où elle fut appréhendée par les autorités.


                La salle d’accueil des visiteurs fait partie intégrante de la distillerie

Après s’être vu infliger une lourde amende, la grand-mère de Jean Michel cessa la production d’absinthe. Cette tradition de l’absinthe s’éteignit alors dans la famille, jusqu’au jour où Gaudentia et son mari décidèrent de relancer la distillation en suivant les recettes  de sa grand-mère. Gaudentia est fière de sa petite distillerie, et annonce déjà des développements futurs notamment avec le déménagement vers un local plus spacieux dans le courant de l’année prochaine. Les photos que nous vous montrons ici ont été prises dans l’ancienne distillerie.

Processus de distillation de l’absinthe chez Gaudentia Persoz

Gaudentia a commencé la distillation avec une recette datant de 1898 qui repose sur une base de douze plantes  et un alambic acheté en même temps que leur maison à Couvet.


                           Alambics de 50L, réalisé par le mari de Gaudentia

Aujourd’hui, elle utilise un alambic de 50L, spécialement conçue par son mari pour elle et sa distillerie. Il est directement chauffé sur une flamme vive, en opposition au bain-marie,  ce qui contribue à donner un goût unique à sa Bleue et qui souligne son origine clandestine.

Voyons maintenant plus en détail les absinthes qu’elle nous propose :

 

  • Absinthe La P’tite : L’absinthe La P’tite est douce et magnifiquement bien balancée. Une « Bleue » de grande qualité.

  • Absinthe La Valdetra Verte : La Valdetra Verte bénéficie de plus d’une bonne longueur en bouche et d’un louche épais (après l’ajout d’eau), fait caractéristique des absinthes suisses.

  • Absinthe Absinth’ Love : L’Absinth’Love est une absinthe de caractère. On remarquera son degré d’alcool élevé pour une absinthe suisse, ainsi que son design… « love ».

  • Absinthe L’Adorée : Ce qui l’a rend si unique, c’est le fait qu’elle soit accompagné d’un petit flacon de paillettes d’or, qui peuvent être versées dans la bouteille, ou bien directement dans chaque verre d’absinthe l’Adorée ce qui procure une expérience d’un raffinement divin.

  • Absinthe La P’tite Douce : Les amateurs d’absinthe sauront trouver dans la Ptite Douce, un produit de qualité et avec du caractère !

    Retrouvez toutes les absinthes de Gaudentia sur notre site! 

 

 

Interview exclusive de Gaudentia Persoz

Absinthes.com : Quelle a été ta toute première rencontre avec l’absinthe ?

 

Gaudentia : D’origine Suisse Allemande, je suis venue en 1984 apprendre le Français dans un restaurant du Val-de-Travers afin d’effectuer par la suite une école hôtelière à Luzerne. Comme l’absinthe était interdite, la patronne en servait à des clients qu’elle connaissait,  et c’est à ce moment que j’ai découvert l’absinthe.

 

Absinthes.com : Quelle est selon toi la définition d’une bonne absinthe et quels sont les 3 critères primordiaux pour une distillerie comme la tienne pour produire une absinthe de qualité ?

 

Gaudentia : Pour moi, une bonne absinthe doit être anisée avec plus ou moins d’amertume que la plante d’absinthe va amener, il faut que l’absinthe soit ronde en bouche, qu’il n’y ai pas de dominance de certaines plantes et qu’elle soit comme les bons vins longue en bouche. Je pense déjà que faire un produit de façon artisanale dans des alambics de petite quantité est déjà un signe de qualité. La sélection des plantes est primordiale. La passion de travailler les plantes et de distiller. Une touche féminine dans ce travail.

 

Absinthes.com : Penses-tu qu’il faille fermer le marché français, ou même européen, aux seules absinthes distillées avec des plantes naturelles, ou qu’au contraire les absinthes macérées ou à base d’essences de plantes ont elles aussi le droit d’exister et de s’appeler « Absinthe » ?

 

Gaudentia : Fermer le marché français en aucun cas, la France a un passé historique avec l’absinthe et son développement, par contre, je suis totalement contre des produits qui ne sont pas distillés dans les règles de l’art.

 

Absinthes.com : Comment vois-tu l’avenir et la popularisation de l’absinthe dans les prochaines années ou décennies ? Redeviendra-t-elle un jour un des apéritifs les plus consommés comme c’était le cas en France au siècle dernier ?

 

Gaudentia : Je pense qu’ il y a un immense travail a faire pour le développement et la commercialisation de l’absinthe, c’est un produit naturel qui a sa place dans le monde, mais il y a encore un énorme travail a faire vis-à-vis de tous les clichés et le mal qu’on a dit sur l’absinthe à l’époque pour la faire interdire. L’absinthe est un magnifique produit naturel qu’il faut boire avec modération en apéritif comme on boit un bon vin. Moi je dis toujours, je ne bois pas l’absinthe mais je déguste l’absinthe.
Je ne pense pas que l’absinthe va se consommer comme à l’époque ou l’absinthe était très bon marché et souvent de piètre qualité, et on a aucun avantage à se que les gens en abusent comme à l’époque.

 

Absinthes.com : N’as-tu pas peur d’une nouvelle interdiction si les consommateurs, et notamment les jeunes, prennent l’habitude de consommer l’absinthe comme de la vodka ou du whisky ? Internet fourmille de vidéos montrant des jeunes consommant de l’absinthe en shots ou flambée alors que l’absinthe est un alcool qui est parfois à plus de 70°.

 

Gaudentia : Pour ce qui est des bonnes absinthes, je ne pense pas, l’absinthe n’est pas bon marché et donc pas avantageuse pour les jeunes, pour ce qui est en tout cas de mes produits, c’est plutôt destiné à des connaisseurs qui apprécient l’absinthe comme on apprécie un bon vin.

 

Absinthes.com : Dernière question, plus personnelle : as-tu déjà rencontré la fameuse Fée Verte ? Ou plus généralement : as-tu déjà constaté des effets secondaires, qu’ils soient maléfiques ou bénéfiques, après une consommation d’absinthe ? Certains parlent de vision accrue, de clairvoyance ou encore d’amélioration de l’intellect qui aurait quelque peu aidé les artistes et écrivains du 19ème. Mythe ou réalité ?

 

Gaudentia : Ah Ah, oui,  la Fée verte c’est moi, vous m’avez vu en photo? Cette question est délicate et je laisse le soin aux gens de découvrir ses effets. L’absinthe si on en abuse peut rendre amoureux ou fou, ou fou amoureux.

Une réponse à “Découvrez la distillerie Gaudentia Persoz

  1. Bonjour,
    Il est heureux de découvrir un processus de distillation dans l’arbre de la famille
    Très chaleureusement
    Michel
    83149 BRAS France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *