Fontaines à absinthes secrètes : le mystère continue…

L’absinthe possède une histoire très controversée mêlant mystère et fascination. Nous allons vous présenter dans cet article les fontaines à absinthe secrètes du Val-de-Travers, peut être encore plus énigmatiques que la fée verte elle-même !

Fontaine secrète
Fontaine secrète

L’histoire captivante du spiritueux débute au milieu du XVIIIè siècle en Suisse. C’est en France pendant la Belle Époque que la fée verte atteint son âge d’or et son succès s’étend aux autres pays européens. Les années 1910 y mettent un terme avec son interdiction quasi universelle.

Les rumeurs et raisons de cette proscription étaient nombreuses et encore aujourd’hui controversées. Elle était en effet accusée de bien des maux, y compris d’être à l’origine d’hallucinations, de folie ou même de provoquer la mort, sans réelle preuves scientifiques. Apprenez-en plus sur son interdiction et découvrez son destin incroyable.

Ces éléments expliquent en partie pourquoi la fée verte fut très tôt au centre de nombreux débats, qui allèrent jusqu’à remettre en question ses origines. En effet, certains affirmèrent qu’elle aurait été imaginée par un mystérieux Docteur Ordinaire quand d’autres attribuèrent son invention à Henriette Henriod. Les nombreuses interrogations entourant le spiritueux remontent donc déjà à ses premières heures, et les quelques fontaines secrètes y sont peut être pour quelque chose…

 

 Les fontaines secrètes du Val-de-Travers

Fontaine La DiscrèteDans le Val-de-Travers, petite vallée à cheval entre la France et la Suisse, des promeneurs ont découvert plusieurs fontaines secrètes. Énigmatiques, belles et parfois cachées au cœur des forêts de la belle région du Val-de-Travers, celles-ci offrent la possibilité aux visiteurs de déguster un verre d’absinthe avec de l’eau de source pour se rafraîchir. Les bouteilles sont généralement cachées dans des boites en bois, tantôt montées sur un pied, tantôt logées directement dans les troncs d’arbre, et souvent taillées par des amoureux de la fée verte. L’idée est d’y passer un moment convivial et agréable.

 

La Fontaine à Louis est l’une d’entre elles. Elle se situe à l’entrée des gorges de Poëta-Raisse en Suisse. On peut y trouver une bouteille de Bleue dans une petite boite en bois et la savourer avec l’eau de source de la fontaine à proximité. Le paysage environnant semble tout droit sorti d’un conte de fée : les arbres aux larges racines paraissent enchantés et la mousse, les fougères et les roches calcaires couvrent le sol. Il s’y trouve également un livre d’or dans lequel on peut lire, parmi les autres messages d’encouragement : « on a soif ! ». Un mystérieux numéro de téléphone est également inscrit et il faut alors envoyer un message quand la bouteille est vide.

Un peu plus au nord, toujours en Suisse près de Couvet, se trouve une autre fontaine : La Discrète. Logée dans la forêt, une petite cache en bois se tient juste à côté d’une grande table, où les visiteurs peuvent s’asseoir et profiter du calme environnant. De l’eau de source coule d’une fontaine simple taillée dans le tronc d’un arbre et recouverte avec le temps par de la mousse. Ce qui est particulier ici, c’est le calme de l’endroit et la convivialité des moments à plusieurs. Notre équipe s’est d’ailleurs déjà rendue plusieurs fois à cet endroit lors des dernières éditions de la Fête de l’Absinthe de Boveresse.

L'eau de source de la fontaine La Discrète
L’eau de source de la fontaine La Discrète

A ce stade, vous êtes probablement en train de vous poser beaucoup de questions comme, qui les a inventé ? Qui s’occupe de leur entretien ? Leur emplacement a-t-il une signification spéciale ? Et la liste est longue. Les fontaines secrètes sont peut-être même encore plus teintées de mystère que l’absinthe elle-même. Voici tout de même quelques explications pour éclairer leurs origines…

 

Une tradition héritée de l’interdiction de l’absinthe

La production et la consommation de la fée verte étaient strictement interdites du temps de la prohibition en France et en Europe. Mais elle était si populaire au moment de l’édiction des décrets qu’elle a continué à être distillée et vendue par quelques téméraires, cette fois-ci illégalement. Des bouteilles clandestines circulaient sous le manteau, à l’instar de quelques absinthes suisses comme la Clandestine ou celles distillées par la grand-mère du mari de Gaudentia Persoz. Il est donc facile d’imaginer que cacher les fontaines en pleine nature étaient une façon de contourner l’interdiction tout en faisant vivre la tradition des apéritifs autour d’un verre d’absinthe, comme pendant la Belle Epoque. En plaçant les bouteilles à un endroit précis, les vrais amoureux de la fée verte savaient où la chercher et pouvaient par là même perpétuer la tradition. Il est également possible qu’elles aient été imaginées pour encourager les promeneurs fatigués, en leur offrant la possibilité de se rafraîchir et de se relaxer un instant avant de poursuivre leur route.

Nous pensons aussi que les personnes entretenant ces endroits sont des distillateurs passionnés souhaitant garder cette belle tradition à jamais en vie. Les fontaines secrètes nous rappellent en effet que le spiritueux était autrefois illégal.

La tradition existe encore aujourd’hui mais a quelque peu évolué : les bouteilles ne sont plus dissimulées derrière un arbre ou sous ses racines comme autrefois, mais plutôt mises en évidence dans des boites plus grosses ce qui les rend visibles à tous ceux qui passent à proximité. Les connaisseurs n’en ont donc plus l’exclusivité, et c’est probablement mieux ainsi pour que ce spiritueux se fasse connaître. D’ailleurs, si l’existence de ces fontaines est un secret de polichinelle dans la région du Val-de-Travers, peu connaissent leur localisation exacte. Même ceux vivant à proximité dans la vallée.

 

Finalement, les fontaines à absinthe secrètes s’apparentent à la fée verte : énigmatiques, avec une histoire palpitante. Le mystère se poursuit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *